Le blog

Crash test suite

52230744

Soyons fous..un fois sur ma lancée difficile de m’arrêter et sur celle ci j’avais au départ prévu une patine sombre qui en fait ne rendait absolument pas ce que je voulais.

Bon..là c’est pas forcément mieux. Je tâtonne. Et puis ce n’est pas terminé non plus.

Oui je sais..c’est bleu. :)

La Piéta

51901342

Entre deux bidouillages improbables de patines, un bombardement de questions à  une pro de la peinture à l’huile ;) et facebook (figurez vous que j’avais créé une page fan et complètement oublié la chose…) je travaille.

Même si je suis un peu dans le creux de la vague niveau inspiration j’essaie de ne pas lâcher !

Ma Piéta est terminée, elle sèche, et ma foi..il y en aura certainement pour me dire qu’elle est un peu dénudée pour une piéta mais je fais ce que je veux. Non mais.

:)

il est des larmes..

51715472

…difficiles à partager. Parce qu’elles coulent sans raison précise, ou disons plutôt qu’il y a certainement des raisons que la raison préfère nous laisser ignorer sur le moment.

Hier soir fut ainsi. Depuis toute petite j’ai ce que j’appelle des « trop pleins ». Un tsunami d’émotion qui percute de plein fouet, sans prévenir, souvent en décalage total avec la situation. La plupart du temps je souris et poursuis la discussion, et puis parfois, je trouve une excuse pour couper net et partir, parce que je sais que ces fichues larmes sont là.

Enfant la moindre injustice et brimade me mettait dans une colère homérique. Et la sensation d’impuissance qui en découlait le plus souvent déclenchait des torrents de larmes qui me laissaient exsangue avant que le sommeil ne m’emporte alors pour plusieurs heures. J’avais l’apparence d’une petite souris, silencieuse et timide, jusqu’au trop plein.

Ma mère m’appelait souvent Jean qui rit, Jean qui pleure. Je passais d’une émotion à l’autre sans transition aucune et avec violence le plus souvent. Moi j’appelais çà mes montagnes russes personnelles.

Adulte..disons que mon caractère à mis quelques années pour se tempérer un peu. J’ai plus d’une fois crié plus fort que l’autre de colère, et parfois sur mes patrons, qui par définition n’étant pas habitués appréciaient peu la chose.

Mais les trop pleins sont toujours là.

Alors parfois, certaines larmes sont difficiles à partager quand pleurer demande un lâcher prise qui n’est possible que seul.

J’ignore si celle ci peut être qualifiée de belle, interessante ou artistique, mais curieusement entre le commentaire de CarineB, ma sculpture, et la soirée d’hier soir l’écho fut intense.

Il est des larmes : (en l’état du moment)

En même temps, plusieurs choses vont bouger vu que les photos me font dresser les cheveux sur la tête pour certains « détails ». M’est avis qu’elle va bouger de nouveau.

 

« A »

51684468

« A » parce que ah quand même..

« A » bon ?

« A » çà ne s’arrange pas dis donc !

« A » comme objet étrange non Attendu.

On n’est pas rendu je crois. Enfin, surtout moi.

 

La piéta

51627059

Je ne sais pas très bien ce qu’elle veut me dire, elle détourne la tête, garde les yeux fermés, comme pour ne plus voir le monde…

 

J’ai l’impression qu’un voile la protège, que je ne vois pas encore.

Hum ?

51457711

Zou ! Une peu de présence ici histoire de ne pas oublier que le soleil brille, les oiseaux chantent, et mes sculptures avancent..(doucement en ce moment mais on ne peut pas être au four et au moulin !)

Mon p’tit bout d’Zen est terminé, non sans mal.

 

 

 

Ah oui, histoire de rire un peu, je suis tellement à l’ouest que j’ai oublié que j’avais déjà nommé la coquette (note d’en dessous) Fransceca en fait..j’ai besoin de vacances je crois. Ou d’un nouveau cerveau. Ou les deux ?

Coquette ?

51190654

Il faut croire que oui :)

Ces derniers temps j’ai aidé deux proches à créer (ou re créer leur blog) et du coup j’ai remis à cette occasion les mains dans les lignes de codes. Oh surprise du coup..forcément j’ai eu envie de changer quelques petites choses sur le mien.

Donc à présent vous avez une barre horizontale juste sous la bannière ( que j’ai modifiée aussi), de la musique à droite et un nuage de tag dont franchement j’ignore si c’est vraiment utile pour les visiteurs mais j’aimais bien l’effet..donc !

Entre deux lignes de codes et quelques délires sur les blogs des copines, j’ai aussi travaillé, même si parfois on ne dirait pas !

Mon orpheline est définitivement renommée La coquette, parce qu’elle me fait penser aux femmes des années 20 toutes en volants et dentelles, séductrices dans l’âme sans avoir l’air d’y toucher.

J’ai toujours mon souci pour les photos, donc la première rend compte des couleurs réelles, mais la deuxième image vous la montre sans le flou artistique :)

 

 

 

Quelques notes

51111825

pour terminer ma Ritournelle.

J’ai quatre sculptures en cours de patines, et heureusement parce que vu le temps pluvieux mon atelier à tout d’un terrier niveau luminosité..Remarquez que ce n’est pas un plus pour patiner non plus !

Ritournelle est quasi terminée, j’ai juste quelques petites reprises de détail à prévoir, souvent la terre n’absorbe pas la patine de la même façon partout et il faut en général attendre un jour ou deux pour identifier les petites imperfections ici et là.

Chose assez surprenante, ce sont les photos prises sans flash et sans lumière dans la pièce qui rendent le mieux compte du rendu. Même si je ferai d’autres clichés par beau temps mais j’avais envie d’avancer, l’impression de stagner n’est jamais très loin.

 

La petite dernière

50655500

La petite dernière, encore qu’elle ne soit pas si petite que cela !

J’ai du mal à travailler sur de petites dimensions, en fait je rêve d’espace, de hauteur, si je m’écoutais elles toucheraient le ciel je crois. Mais allez donc trouver un four qui touche le ciel hein. :)

 

Elle n’est pas finie, le chapeau me travaille. A moins que ce ne soit moi qui travaille du chapeau :) )

Paradoxes

IMG 4318

Je ne prétends pas tout comprendre. Le plus souvent d’ailleurs je ne cherche pas. J’ai l’errance lancinante. D’un côté j’envie parfois ceux qui semblent avoir un chemin tout tracé, bien clair, une jolie ligne blanche bordée de galets polis par l’évidence.
Et puis dans le même temps, je crois que ce tracé si propre, si droit, lisse..m’effraie.

Bien sur, je sais bien que ce n’est qu’illusion, chacun traverse ses propres doutes, ses méandres. Mais ceux là, quand je les regarde de loin, ils semblent aller si droit, si vite, si ..sereinement ?

Au fond, la forêt des contes, celle qui est présentée comme sombre, dangereuse, mais si tentante, et souvent si magique une fois passée la trouille de départ, celle là même qui recèle les réponses aux questions que l’on n’a peur d’imaginer, c’est cette route qui me plait. Celle dont je ne vois jamais le bout, ni les détours ou les clairières. Celle qui me surprend. Et me perds, aussi, parfois, souvent, énormément.

Je ne comprends pas tout..

Moi qui ai connu l’errance plus souvent qu’a mon tour, j’aimerai avoir la sécurité, chaude, simple, évidente. Puis, à peine mon esprit s’y rêve que mes tripes crient au scandale. Aux étiquettes, aux boites étroites qui m’étouffent, m’enferment..

J’ai peur de ne jamais me trouver, et j’ai peur de ne plus me perdre.

Je veux sentir sous ma peau la chaleur d’un amour qui rayonne et la liberté d’être seule.

Je veux tout et son contraire. En même temps.

 

Page 10 of 29« First...«89101112»20...Last »