Archives

Monthly Archive for: ‘juin, 2013’

L’Eveil (fin)

Eveil Ban 2

Repousser la peau du dessus… Prendre conscience de cette seconde peau, qui telle une cage extrêmement discrète, presque fragile au premier abord, nous enferme, nous isole Risquer. D’ôter cette gangue. La refuser. La déchiqueter au besoin. Gratter cette peau factice, trop lisse, trop neutre. Incolore. Laisser surgir la multitude, surprenante, un peu effrayante parfois, les couleurs et les textures de …

Read More

L’Eveil (suite)

Eveil Ban

Elle est née peu à peu, comme on s’éveille au monde chaque matin. Lentement, elle à dû repousser la nuit, ôter les lambeaux d’autres vies, tenter de trouver qui elle est. S’éloigner ce que d’autres lui avaient appris, examiner avec soin les contours qu’ils lui avaient dessiné. Certains mettent plusieurs vies à se chercher. Il est si tentant parfois d’accepter …

Read More

C’est…

Orchidée

C’est un regard perdu où perlent les larmes, enseveli dans une foule anonyme et pressée. Et un mari aimant qui doucement, tire sa femme vers une allée plus calme et la rassure. C’est une grand-mère et son petit-fils traversant la rue en riant, chacun tenant dans une main un carambar entamé, dégusté avec les même gestes. Complicité sucrée et regards …

Read More

L’Eveil

80497364 O

En un lieu où les sons disparaissent, quelque chose se passe. Dans ce temps où le silence hurle, quelqu’un existe. Au coeur de son âme, quelque chose nait. Elle a l’âme enneigée. Blanc silence ouaté crissant sous le poids des souvenirs. Elle a l’âme blessée. Failles minuscules aux béances démesurées. Elle a l’âme éveillée. Cliquetis murmurant un demain inachevé.

Read More

Horizons

Porcelaine

Je voulais écrire une note sur les lignes d’horizon, ces drôles de lignes que l’on aperçoit sans jamais pouvoir les toucher. Fixer un cap c’est déterminer un point à l’horizon afin de garder une direction cohérente avec le lieu où l’on souhaite se rendre. D’une certaine manière, on vise l’horizon sans vraiment chercher à l’atteindre. Mais j’ai toujours voulu atteindre …

Read More

Suspendus

Felure1

il y a ces larmes qui dévalent soudainement tels des cailloux fracassant les digues éphémères, les fous rires plus ou moins nerveux, l’humour noir à tendance sanguine (l’orange celle qui est très très méchannnnte). Il y a la fatigue, les yeux qui se ferment tous seuls, peu importe qui nous parle, ni combien on l’aime, il y a ces nuits …

Read More

Lignes d’horizon

lignes d'horizon

Certains jours on peut juste lever les yeux et regarder vers les lignes d’horizon.

Read More